Pourquoi nous avons créé Talegraph

Marie-Laure 28-02-2018 English version

Renaud (mon co-fondateur) et moi avons toujours été, de près ou de loin, en contact avec le monde de la photographie. Enfants, nous avons chacun de notre côté expérimenté la joie des appareils photo jetables, des pellicules mal insérées, des boitiers vides servant de jouet, etc… Les quelques tirages vraiment développés finissaient le plus souvent archivés dans des boites en carton.

Puis nous sommes passés à l’ère numérique et nous avons commencé à accumuler des photos de vacances, de repas de famille et autres festivités. D’abord sur des CD ou DVD, puis des clés USB, et plus récemment des disques durs et le fameux cloud. La technologie de l’image et du stockage progressait à une vitesse folle, pour nous permettre de faire encore plus de photos ! Malgré tout, dès qu’il s’agissait de partager nos clichés, on atteignait ses limites… Alors bien sûr, on pouvait toujours choisir d’imprimer nos photos puis les classer soigneusement dans un album papier, mais : ça coûtait relativement cher, prenait énormément de temps, et surtout, il n’y avait qu’un seul album que l’on pouvait montrer à la famille qui venait rendre visite, et c’est tout.

Avec le développement des réseaux sociaux et des galeries en ligne, partager ses photos est devenu bien plus simple. Charger une soixantaine d’images sur Facebook, Picasa ou encore Dropbox puis l’envoyer à ses amis ou sa famille, voilà qui n’était pas trop compliqué, ni trop cher, ni trop long. Néanmoins, après avoir utilisé ces différents services en ligne pendant plusieurs années, nous nous sommes rendus compte qu’il manquait toujours quelque chose à ces albums sur internet.

Une chose sans laquelle regarder des dizaines voire des centaines d’images à la suite peut devenir bien vite très ennuyante : il s’agit du contexte.

Bien sûr, une photo en elle-même peut être considérée comme un objet d’art qui n’a besoin d’aucun contexte pour être appréciée. Par contre, à partir du moment où l’on souhaite présenter un ensemble d’images, il est toujours mieux d’y rajouter quelques informations pour le public qui va le consulter.

Prenons l’exemple d’un album de voyage réalisé par un·e ami·e et mis en ligne. Mon expérience, c’est que j’en regarde les premières photos, je fais défiler, puis je me lasse et finis par abandonner. La raison est simple : je vois des images de lieux/bâtiments/personnes que je ne connais pas et à propos desquelles je n’ai aucune information. Alors même si les photos sont belles, je ne vais pas aller jusqu’au bout de leur visionnage.

Car ce qui m’intéresse avant tout dans les photos que je regarde, c’est l’histoire qu’elles racontent.

Cette photo du Machu Picchu, je l’ai déjà vue des dizaines de fois. Ce que je veux savoir, c’est que vous avez perdu l’équilibre juste après que vous l’avez prise et que vous êtes tombé·e dans les bras d’une touriste allemande !

Par ailleurs, sur tous les réseaux sociaux ou services de partage en ligne, on n’a jamais vraiment été certain de rester propriétaire de ses photos et les publicités sont devenues de plus en plus envahissantes, donc s’est aussi posé le problème d’avoir une plateforme de confiance.


Après de longues discussions et plusieurs ébauches de projet, nous avons décidé de développer nous-mêmes le site dont nous avions besoin pour raconter notre histoire avec nos photos. Nous avons quitté nos jobs d’administrateur système (pour Renaud) et de chef de produit marketing (pour ma part) et nous nous sommes lancés à plein temps dans le développement de Talegraph.

La version du site en ligne à l’heure où j’écris cet article permet aux amateurs comme aux professionnels de créer des albums facilement et rapidement. Les fonctionnalités comme le tri automatique par jour ou l’ajout de texte, légendes, etc… offrent la possibilité d’organiser son album (que nous avons appelé “*Tale*”, ce qui signifie “conte” en anglais) et par conséquent de le rendre beaucoup plus agréable à consulter.

Nous avons beaucoup travaillé techniquement afin que la plateforme soit la plus rapide et la plus fluide possible. Notre but est en effet de diminuer au maximum le temps entre la prise de vos photos et le partage de votre album en ligne. Un exemple : sur Talegraph, une fois que vous avez sélectionné ou fait glisser vos photos, vous pouvez instantanément mettre en page votre Tale, le chargement des images se déroulant en même temps en arrière-plan. Plus besoin donc d’attendre des heures que vos photos finissent de charger avant de passer à la mise en forme, comme c’est le cas sur les autres plateformes d’albums en ligne. Un avantage significatif, notamment pour les connexions lentes !

Un autre sujet très important pour nous est la confidentialité et le respect de la vie privée. Cela signifie d’une part que sur notre site il n’y aura jamais de publicité, ni de cession ou revente de vos données personnelles. Nous sommes contre ce business model qui nuit fortement à l’expérience utilisateur et inspire aujourd’hui de plus en plus de méfiance. D’autre part, les utilisateurs restent propriétaires de leurs photos et ce sont eux qui déterminent le degré de visibilité de leurs albums, privés par défaut.

Nous prévoyons encore d’autres fonctionnalités intéressantes comme le téléchargement des photos ou encore l’ajout de cartes, pour notamment retracer un parcours ou un voyage. La vidéo sera aussi intégrée au cours de l’année, ainsi que des outils dédiés aux professionnels (proofing, prise de commande, etc).

L’aventure Talegraph ne fait que commencer, n’hésitez pas à revenir nous voir !

Vos photos racontent une histoire, Talegraph vous aide à la partager.

Découvrez Talegraph !